L’effet Trump : quelle est la suite pour l’économie canadienne? (5e partie)

L’incidence que pourrait avoir la nouvelle administration sur le secteur des technologies

Le mois dernier, M. Donald Trump a été assermenté au poste de président des États-Unis. Richter a couvert les conséquences possibles des politiques de la nouvelle administration sur les entreprises canadiennes, de la sensibilisation accrue en matière de cybersécurité à la renégociation des accords commerciaux.

Le président Trump a exprimé clairement son intention de protéger les entreprises américaines de la concurrence internationale : ces mesures protectionnistes toucheront-elles les entreprises canadiennes du secteur des technologies? M. Chris Arsenault, associé directeur à iNovia Capital, nous fait part de ses réflexions et de ses observations sur l’avenir du secteur canadien des technologies.

Les risques pour les entreprises canadiennes du secteur des technologies

Certains s’inquiètent du fait que la nouvelle administration pourrait imposer une tarification frontalière plus élevée à l’égard des services et de l’équipement technologiques. Toutefois, selon M. Arsenault, ce n’est pas le scénario qui est susceptible de se produire. « Il est plus difficile d’imposer une tarification dans le secteur des technologies, simplement parce que la technologie constitue un moteur d’innovation pour l’ensemble des entreprises et des pays. Aucun pays ne souhaite arrêter ou réduire le rythme en matière d’innovation. » On peut s’attendre, par contre, à une augmentation des programmes favorisant les solutions élaborées aux États-Unis. « Ceci pourrait compliquer les choses pour les entreprises canadiennes du secteur des technologies qui font affaire avec les Américains », déclare M. Arsenault.

La nécessité de s’adapter

L’incertitude entourant la conjoncture économique aux États-Unis devrait inciter les entreprises canadiennes à faire preuve de souplesse dans leur stratégie d’affaires. Selon M. Arsenault : « Nous devons adopter une approche intelligente et ajuster nos stratégies d’expansion d’affaires afin d’élargir la portée de nos activités et d’établir des relations plus solides avec d’autres pays, par exemple. Nous devons nous adapter à ces nouvelles réalités et comprendre les conséquences pour les entrepreneurs canadiens. »

Cette réalité changeante peut se révéler bénéfique dans certains domaines tels que le recrutement. « Les entreprises canadiennes en forte croissance sont assurément à la recherche de talents internationaux de haut calibre. Assistons-nous à une hausse du nombre de personnes qui postulent pour des emplois au Canada? Oui, mais nous ne savons pas s’il s’agit simplement d’une tendance ou si cela représente une nouvelle réalité », explique M. Arsenault.

Personne ne peut arrêter l’innovation

Peu importe les politiques économiques mises de l’avant par l’administration Trump, il existe des forces économiques à l’œuvre qui ne sont pas sur le point de s’affaiblir. « Bon nombre d’emplois traditionnels sont déjà remplacés par des systèmes automatisés et intelligents pour des raisons associées à l’efficience, aux coûts et à la sécurité. Il est difficile de croire que cela va changer. Personne ne peut arrêter l’innovation, même pas Trump! »

Le secteur de l’énergie, par exemple, poursuivra sa croissance même si Donald Trump favorise les sources d’énergie traditionnelles, telles que le charbon et le pétrole. « En ce qui concerne l’énergie renouvelable, nous assistons probablement à la décennie du changement. Je pense que les États-Unis s’évertueront à trouver d’autres d’options en matière d’énergie et tenteront de diversifier leurs options sur le marché américain, comme c’est le cas depuis les 15 dernières années », mentionne M. Arsenault.

Plus d’inconnues que de menaces

M. Arsenault livre un message clair aux entreprises canadiennes du secteur des technologies : « Vous devez vous adapter à la nouvelle réalité. Il y a plus d’inconnues que de menaces, et il est préférable de les comprendre afin d’atténuer les risques. En faisant preuve d’ingéniosité et de compétitivité, vous pouvez tirer profit de la situation actuelle, établir de nouvelles relations et attirer des talents de haut calibre. »

Si vous avez manqué un article, vous pouvez le consulter ici :

Article 1 : Points de vue : le Corporate Tax Code des États-Unis
Article 2 : Doit-on réellement s’attendre à un afflux d’Américains au Canada?
Article 3 :  L'avenir du PTP: quelles conséquences pour votre entreprise?
Article 4 : L’ALENA est-il le prochain sur la liste?
Article 5 : L’incidence que pourrait avoir la nouvelle administration sur le secteur des technologies

Article 6 : Cybersécurité : changements à l’horizon


Inscrivez-vous à nos publications


À propos de Richter : Fondé à Montréal en 1926, Richter est un cabinet comptable autorisé qui offre des services de certification, de fiscalité et de gestion de patrimoine, ainsi que des services-conseils financiers dans les domaines de la restructuration organisationnelle et de l’insolvabilité, de l’évaluation et du financement d’entreprises, du soutien en matière de litiges financiers et de la juricomptabilité. Notre engagement envers l’excellence, notre compréhension approfondie des enjeux financiers et nos méthodes pratiques de résolution de problèmes nous ont permis de devenir l’un des plus importants cabinets indépendants d’expertise comptable, de services-conseils organisationnels et de consultation au pays. Richter a des bureaux à Toronto et à Montréal. Vous pouvez nous suivre sur LinkedIn, Facebook ou Twitter.

Experts