Sommaire du budget du Québec 2015

Le gouvernement fait état de la croissance qu’a connu l’économie du Québec, qui s’est traduit par une hausse de 1,5 % du produit intérieur brut (PIB) réel en 2014, comparativement à 1,0 % en 2013. Le rythme de la relance de l’économie de la province devrait s’accélérer, alors que l’on s’attend à ce que la croissance du PIB réel atteigne 2,0 % en 2015 et en 2016. Comme ce fut le cas en 2014, la croissance du PIB réel devrait continuer de s’appuyer en grande partie sur une hausse des exportations, stimulées par l’économie américaine qui reprend de la vigueur et la dépréciation du dollar canadien. De plus, les prévisions indiquent que l’économie du Québec pourrait tirer un net avantage de la récente chute prononcée du prix du pétrole, car les économies générées par cette baisse des coûts énergétiques entraîneront une hausse de la consommation des ménages et de l’investissement dans les entreprises.

L’objectif principal de la politique fiscale du Québec demeure le retour à l’équilibre budgétaire en 2015-2016. Le déficit fiscal devrait continuer de diminuer, alors que les dépenses consolidées du gouvernement ayant été budgétées devraient connaître une croissance de 1,5 % en 2015 et en 2016, ce qui est bien en deçà du taux de croissance anticipé du revenu de 4,3 % sur la même période. En outre, le budget introduit une combinaison d’allègements fiscaux et d’initiatives stratégiques pour favoriser l’investissement dans les entreprises, notamment la réduction graduelle de la cotisation au Fonds des services de santé et du taux général d’imposition sur le revenu des sociétés au Québec, lequel atteindra 11,5 %. Il est prévu que ces mesures entraîneront des allègements fiscaux au bénéfice des particuliers et des sociétés de l’ordre de 2,5 milliards de dollars et qu’elles engendreront 13 milliards de dollars en investissements dans l’économie du Québec au cours des cinq prochaines années.