Sommaire du budget de l’Ontario 2016

Perspectives économiques et plan fiscal

Dans le budget de l’Ontario 2016 (le « Budget 2016 »), le ministre des Finances a souligné la stabilité de l’Ontario et la manière dont la province bénéficiait, en cette période d’incertitude économique mondiale, de la faiblesse des prix du pétrole et du dollar canadien. Le Ministre a mis en évidence la façon dont certains secteurs de la fabrication, de l’exportation et des services ont accru leur compétitivité. Malgré la croissance anémique du PIB réel au Canada, le gouvernement ontarien a indiqué que la province a attiré plus d’investissements directs étrangers que toute autre province ou tout autre État américain pour une deuxième année consécutive. En outre, dans le but de stimuler les investissements des entreprises, le gouvernement de l’Ontario a réduit son taux effectif marginal d’imposition applicable aux nouveaux investissements des entreprises1 qui est passé de 33,2 pour cent en 2009 à 16,3 pour cent en 2015.

Le Budget 2016 présente la détérioration des infrastructures et les changements climatiques comme des enjeux qui menacent la croissance économique future. Dans le cadre du mouvement mondial, le nouveau programme de plafonnement et d’échange de droits d’émission de l’Ontario vise à réduire les émissions de carbone et à générer 1,9 milliard de dollars de nouveaux revenus en 2017, et ce, dans le but de lutter contre les changements climatiques. Ce programme devrait faire augmenter le prix de l’essence de 4,3 cents/litre et celui du gaz naturel de 3,3 cents/mètre cube. De plus, le Budget 2016 annonce des investissements de 137 milliards de dollars dans les infrastructures au cours des dix prochaines années, principalement pour soutenir les collectivités locales, construire de nouvelles autoroutes et améliorer les infrastructures dans le domaine des soins de santé. Par ailleurs, le Budget 2016 introduit certaines mesures sociales importantes, telles que rendre les frais de scolarité plus accessibles pour les familles à faible revenu et augmenter certaines taxes sur la consommation de bière, de vin et de tabac.