Compilation de Richter sur les prévisions des banques relativement aux taux de change et aux taux d’intérêt

Cliquez ici afin de recevoir cette publication sur une base mensuelle.

Les difficultés du huard se poursuivent tandis que le prix du pétrole brut chute


Le huard a plongé sous la barre des 0,72 USD/CAD au cours de la période d’échange le 17 décembre dernier, ce qui constitue son plus bas niveau en 11 ans par rapport au billet vert. L’ampleur de cette dépréciation a surpris les banques sondées puisque la plupart d’entre elles prévoyaient, dans le plus récent sondage, que le huard s’échangerait entre 0,73 et 0,781 USD/CAD jusqu’à la fin de 2015 et en 2016. La corrélation du cours du huard avec les prix du pétrole brut a été observée dans le passé. Par conséquent, il n’est pas surprenant que le dollar canadien continue de se déprécier à mesure que le prix du pétrole brut baisse.



Le huard se déprécie fortement par rapport à l’euro

La volatilité des devises était au rendez-vous puisque le huard s’est fortement déprécié par rapport à l’euro,
sa valeur chutant de 6 % en décembre seulement. Les banques sondées s’entendent pour dire que le dollar canadien s’appréciera par rapport à sa valeur actuelle, mais l’ampleur de cette hausse est grandement incertaine puisque la Banque Scotia et la TD estiment que le dollar canadien s’échangera respectivement contre 1,27 et 1,49 euro tout au long de 2016.



3, 2, 1… et c’est le décollage de la Banque fédérale américaine

Le 16 décembre, Janet Yellen a annoncé que la Banque fédérale américaine hausserait le taux des fonds fédéraux pour la première fois en près de dix ans, ce qui vient renouveler la confiance dans la plus grande économie mondiale qui se relève de sa crise financière. Malgré l’effondrement des prix des produits de base
et la faiblesse du marché de l’énergie, l’économie des États-Unis a fait preuve de résilience face aux tendances défavorables de l’économie mondiale, donnant à la Réserve fédérale américaine la confiance nécessaire pour hausser son taux directeur. Les banques sondées prévoient que la Réserve fédérale américaine continuera de hausser graduellement ses taux tout au long de 2016 et la Banque Scotia anticipe que le taux des fonds fédéraux s’établira à 1,50 % à la fin de 2016. En revanche, les banques s’entendent pour dire que la Banque
du Canada attendra au moins jusqu’au milieu de 2016 pour hausser le taux du financement à un jour.
Un communiqué récent de la CIBC suggère toutefois qu’une nouvelle réduction de taux pourrait être possible si des résultats faibles sont publiés pour le quatrième trimestre au Canada. La CIBC n’a toutefois pas encore fait de prévision officielle à cet égard.



Hausse du taux de rendement des obligations d’État à 2 ans prévue au cours de 2016
au Canada et aux États-Unis

Les banques sondées prévoient que les taux de rendement des obligations d’État à 2 ans au Canada et
aux États Unis augmenteront lentement tout au long de 2016 et parmi celles-ci, la Banque Scotia est celle
qui anticipe le taux de rendement le plus élevé dans les deux pays.



Hausse prévue du taux de rendement des obligations d’État à 10 ans et léger recul prévu
par la CIBC au deuxième trimestre


Le taux de rendement des obligations d’État à 10 ans devraient augmenter tout au long de 2016 au Canada
et aux États-Unis. La plupart des banques sondées prévoient une hausse constante au cours des quatre prochains trimestres, tandis que la CIBC prévoit une légère baisse suivie d’une reprise. La CIBC est d’avis que la Réserve fédérale américaine prendra une pause afin d’examiner l’effet des hausses de taux initiales sur l’économie et prévoit, par conséquent, un léger repli à court terme du taux de rendement des obligations d’État aux États-Unis.



Hausses modestes du taux de rendement des obligations à très long terme

Compte tenu de la hausse jusqu’à près de 3,0 % du taux de rendement des obligations d’État à 30 ans aux États-Unis, les banques sondées ne prévoient que des augmentations modestes du taux de rendement; la CIBC fournit la prévision la plus élevée à 3,6 %, et la Banque Nationale et la TD, à l’autre extrémité du spectre, prévoient un taux de 3,2 %. Les prévisions sont similaires au Canada, où le taux de rendement des obligations s’établit à 2,22 %, et seule la RBC prévoit un taux au-delà de 3,0 % d’ici la fin de 2016.



À propos de nous

Richter, qui a été fondé à Montréal en 1926, est un cabinet comptable autorisé qui offre des services de certification, de fiscalité et de gestion de patrimoine, ainsi que des services-conseils financiers dans les domaines de la restructuration organisationnelle et de l’insolvabilité, de l’évaluation et du financement d’entreprises, du soutien en matière de litiges financiers, des contrôles internes et de la gestion des risques ainsi que de la juricomptabilité. 

Notre engagement envers l’excellence, notre compréhension approfondie des enjeux financiers et nos méthodes pratiques de résolution de problèmes nous ont permis de devenir l’un des plus importants cabinets indépendants d’expertise comptable, de services-conseils organisationnels et de consultation au pays. Richter a des bureaux à Toronto et à Montréal.

Experts