Compilation de Richter sur les prévisions des banques relativement aux taux de change et aux taux d’intérêt

février 2016

Cliquez ici afin de recevoir cette publication sur une base mensuelle.

Avons-nous touché le fond? Le huard reprend de la valeur après ses creux récents

La débâcle du prix des produits de base s’est poursuivie en janvier et au début de février, marquée par une chute du prix du pétrole brut WTI sous les 27 USD le baril. La conjoncture a accru les risques pour les économies dépendantes de l’énergie et pour les investisseurs, et le huard, repoussé à des creux historiques, s’est échangé sous la barre des 69,0 ¢ US/CAD pour la première fois en 13 ans. Le huard a regagné un peu du terrain perdu par rapport au dollar américain à mesure que les prix des produits de base se sont stabilisés et les banques envisagent avec optimisme un renforcement du dollar canadien.

Les banques ce mois-ci s’entendent pour dire que le dollar canadien s’appréciera progressivement par rapport au dollar américain jusqu’en 2017. Selon elles, la paire de devises s’échangera entre 74,9 et 80,0 ¢ US/CAD d’ici la fin de 2017. En particulier, la TD anticipe que les exportations et le tourisme, gagnantes de la conjoncture actuelle, favoriseront un regain modeste du taux de croissance de l’économie canadienne, ce qui assouplira l’appréciation du huard.

Les prévisions du huard par rapport à l’euro demeurent principalement inchangées, et l’incertitude persiste

Les banques sondées anticipent que le dollar canadien se négociera selon une vaste fourchette jusqu’à la fin de 2017, variant entre 62,1 et 80,0 ¢ EUR/CAD. La Banque Laurentienne s’approprie le point le plus élevé de cette fourchette, tandis que la TD est la moins optimiste quant à la force du dollar canadien par rapport à l’euro. De tels écarts s’expliquent par les différences notables dans les perspectives des banques relativement au prix des produits de base et aux mesures de politique monétaire. Par exemple, la Banque Nationale s’attend à ce que la Banque centrale européenne prenne des décisions à sa réunion de mars afin de stimuler la zone euro, ce qui pèse toutefois sur l’euro à court terme. Entre-temps, la Banque Nationale a revu à la baisse ses prévisions du prix du pétrole brut WTI, ce qui l’a également amenée à réduire ses attentes quant à la force relative du dollar canadien.



BMO prévoit que la Banque du Canada coupera et que la Réserve fédérale américaine maintiendra ses hausses graduelles

Les prévisions actuelles de banques indiquent que la BMO envisage une autre réduction du taux de financement à un jour par la Banque du Canada. La BMO est d’avis que la croissance réelle du PIB accusera du retard par rapport aux taux de 1,4 % et de 2,6 % attendus pour 2016 et 2017 par la Banque du Canada. À l’inverse, la RBC anticipe un solide rebond de l’économie canadienne, ce qui pave la voie à une série de hausses du taux de financement à un jour allant jusqu’à 1,75 % jusqu’à la fin de 2017. Ces prévisions sont bien au-delà de celles des autres banques sondées. En ce qui concerne les États-Unis, les banques s’entendent pour dire que la Réserve fédérale américaine poursuivra ses hausses de taux graduelles, la plus optimiste étant encore la RBC.



Augmentation des taux de rendement des obligations d’État à deux ans et révision à la baisse des prévisions

Le taux de rendement des obligations d’État à deux ans du Canada a reculé à 0,35 % en raison des inquiétudes grandissantes quant à la croissance économique. Les banques s’entendent encore pour dire que ce taux augmentera, mais elles ont revu leurs estimations considérablement à la baisse. Par exemple, la Banque Nationale anticipe que le taux de rendement s’établira à 0,66 % à la fin de 2016, tandis qu’elle prévoyait un taux de 0,98 % pour la même période le mois dernier. Selon les banques sondées, le taux de rendement des obligations d’État à 2 ans aux États-Unis augmentera progressivement au cours de 2016 et de 2017.



Hausse prévue du taux de rendement des obligations d’État à 10 ans au Canada et aux États-Unis

Les taux de rendement des obligations d’État à 10 ans devraient augmenter au Canada et aux États-Unis jusqu’à la fin de 2017. L’analyse de la publication de la Banque Nationale indique que puisque les perspectives relatives au taux de croissance et à l’inflation globale du Canada sont revues à la baisse, les projections relatives aux taux d’intérêt sont également réduites. Par conséquent, la prévision du taux de rendement des obligations d’État à 10 ans du Canada a été réduite de 2,03 % à 1,73 % jusqu’à la fin de 2016.



Hausse des taux des obligations à très long terme au cours de 2017

Les banques sondées s’entendent pour dire que les taux des obligations à très long terme augmenteront progressivement en 2016 et d’ici la fin de 2017. La fourchette s’est rétrécie, comparativement aux prévisions du mois dernier, pour ce qui est des taux de rendement des obligations du Trésor américain à 30 ans. Le mois dernier, la RBC anticipait que le taux des obligations du Trésor à 30 ans atteindrait 4,25 % à la fin de 2017, taux qu’elle a revu considérablement à la baisse et estime maintenant à 3,85 %. Entre-temps, la Banque Nationale, qui pressentait un taux de rendement des obligations du Trésor à 30 ans de 3,11 % le mois dernier, se fait plus optimiste et anticipe maintenant un taux de 3,16 % pour la même période.



À propos de nous

Richter, qui a été fondé à Montréal en 1926, est un cabinet comptable autorisé qui offre des services de certification, de fiscalité et de gestion de patrimoine, ainsi que des services-conseils financiers dans les domaines de la restructuration organisationnelle et de l’insolvabilité, de l’évaluation et du financement d’entreprises, du soutien en matière de litiges financiers, des contrôles internes et de la gestion des risques ainsi que de la juricomptabilité.

Notre engagement envers l’excellence, notre compréhension approfondie des enjeux financiers et nos méthodes pratiques de résolution de problèmes nous ont permis de devenir l’un des plus importants cabinets indépendants d’expertise comptable, de services-conseils organisationnels et de consultation au pays. Richter a des bureaux à Toronto et à Montréal.

Experts