Richter > Causerie avec M. Mohamad Fakih

Causerie avec M. Mohamad Fakih

Trois conseils pour bâtir une entreprise prospère

Nous avons eu l’honneur de tenir un événement pour les membres de la section torontoise de Entrepreneurs’ Organization le printemps dernier. Le point central de cet événement : une séance de questions et réponses en compagnie de Mohamad Fakih, fondateur et président de Paramount Fine Foods, un entrepreneur de la Ville reine des plus fascinant dont l’ambition est sans bornes.

Le parcours de M. Fakih sort de l’ordinaire. Il a commencé à travailler comme gemmologue et se trouve maintenant à la tête de l’une des chaînes de restaurants et de supermarchés halal qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Durant l’événement, M. Fakih s’est confié à un public conquis sur la montée fulgurante de son entreprise et a parlé de façon inspirante de son engagement envers la collectivité, de son point de vue sur le franchisage et de leçons qu’il a apprises tout au long de son cheminement.

Jordan Gould, associé de Richter, animait cette séance de questions. Voici donc un résumé des trois conseils formulés par M. Fakih pour réussir l’expansion d’une entreprise à l’échelle mondiale en mettant l’accent sur des valeurs communautaires.

Jordan Gould (JG) : Lorsqu’il est question de franchisage et d’établissement de partenariats avec des entreprises locales, comment vous y prenez-vous pour vous assurer qu’elles exercent leurs activités selon vos critères?

Mohamad Fakih (MF) :
C’est difficile de confier votre « bébé » à quelqu’un d’autre. De plus, lorsque vous mettez tout votre cœur dans une entreprise, c’est dur de confier une franchise à quelqu’un. Mais ça a changé ma vie. La clé pour y parvenir réside dans un seul mot : la FORMATION. Vous devez faire connaître la culture de votre entreprise, ses procédures et ses modes de communication (et communiquer tout ce qui a trait à la formation!) aux franchisés et aux partenaires. On ne donne jamais trop de formation. Et la formation ne doit jamais s’arrêter. Vous devez vous investir et donner aux autres la latitude pour qu’ils s’investissent à leur tour dans tous les aspects de l’entreprise. Allez faire un tour à la plonge, travaillez avec chaque employé, montrez au nouveau franchisé que vous accordez de l’importance à chaque emploi au sein de l’entreprise. Investissez-vous dans la formation, soyez un leader qui prêche par l’exemple et communiquez.

JG : Comment transmettez-vous vos valeurs à vos franchisés ou aux membres de votre équipe?

MF : Au début, vous ne pouvez jamais être trop préparé : faites vos devoirs et embauchez du personnel adéquat, soit des gens qui vous rappellent la personne que vous étiez lorsque vous avez lancé votre entreprise. Ainsi, vous savez qu’ils ont envie de réussir et qu’ils comprennent l’importance d’avoir, tout comme vous, cette entreprise à cœur. Lorsque vous réussissez à leur vendre cette idée, il faut leur laisser prendre en charge le développement au lieu de leur donner des ordres. Lorsque les employés sentent qu’ils créent quelque chose et qu’ils en voient l’évolution, ils deviennent des partenaires. Ce n’est pas facile à instaurer, ce qui explique pourquoi peu d’entreprises y parviennent. En tant que propriétaire d’entreprise, vous devez laisser vos employés continuer à s’investir personnellement, car ensuite ils seront là pour vous épauler.

JG : À mesure que la marque prend de l’ampleur, la vision de l’entreprise doit-elle correspondre uniquement à vos propres valeurs?

MF :
Non. Tous les membres de l’équipe doivent créer cette vision. Tirez profit des connaissances de vos associés afin qu’ils adhèrent à la vision. Tant que la culture ne prend pas de virage à 180 degrés, elle peut être modifiée à mesure que l’entreprise évolue. Assurez-vous seulement que votre équipe prend part à sa création. En tant que chef de la direction, il importe que vous donniez le ton à cette vision et à cette culture sur une base continue et formiez votre personnel dans ce sens, mais vous devez aussi vous assurer que les membres de l’équipe s’y conforment également. Pour ma part, j’ai instauré la devise « 100/0 » : vous assumez la responsabilité à 100 %; vous acceptez 0 % excuses. Prêchez par l’exemple.

Le mot de la fin de M. Fakih en ce qui a trait à la clé de la réussite en affaires?

Laissez parler votre cœur. Lorsque vous écoutez votre cœur, vous avez bonne conscience, vous pouvez dormir paisiblement. Quand vous atteignez ce principe, peu importe où vous posez la tête par la suite.

 

Solutions sur mesure